Web
Analytics
EN MARGE DU 8 MARS

Le CNDH dénonce la violence faite aux femmes et aux filles et insiste sur la lutte contre l’impunité

Vendredi dernier à Rabat, la Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), Amina Bouayach, a mis l’accent sur le besoin de dispositifs dans le but d’encourager la dénonciation des violences faites aux femmes, sous toutes ses formes, pour contribuer au développement du débat public et rendre justice aux victimes.

Amina Bouayach a déclaré dans une allocution lors de la présentation du rapport du CNDH sur «La dénonciation de la violence faite aux femmes et aux filles et la lutte contre l’impunité», que la dénonciation est un moyen efficace pour la mobilisation de la société contre la violence. Elle a ajouté : «Nous avons besoin d’un environnement favorable doté de mécanismes et d’outils qui encouragent les victimes de violence à sortir du silence et à dénoncer les crimes commis à leur encontre, et à bénéficier d’un accueil, de conseils et du soutien appropriés, outre la coordination et le respect du droit à la vie privée et à la confidentialité et la protection de leur dignité tout au long du processus judiciaire».

La présidente du CNDH a par ailleurs annoncé qu’au lendemain de la Journée Internationale des Droits des Femmes, le CNDH a décidé de soulever des questions sur lesquelles il travaille depuis plus d’un an, concernant la campagne qu’il avait lancée entre novembre 2021 et novembre 2022, pour faire face au phénomène de la violence contre les femmes et les filles, en termes de violation des droits humains, basée sur le genre, dont la victime n’est pas seulement la femme ou la fille, mais la société toute entière.

Le CNDH a en outre pris l’initiative, au cours de cette campagne nationale, de lancer un appel à projets pour les associations non gouvernementales œuvrant dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes et de la prise en charge des victimes. Ainsi, 12 associations ont été retenues sur les 12 régions, pour un montant de 800.000 DH, leur permettant de fournir des données importantes et d’élargir le soutien aux victimes de violences.

Amina Bouayach a indiqué que le rapport du CNDH livre des recommandations structurées portant sur les pratiques conventionnelles et la législation, adressées aux institutions concernées par les cas de violence à l’égard des femmes et relatives au rôle de la presse et des médias, outre des recommandations ayant trait à la dénonciation et à la justice.

L. F.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page