Web
Analytics
JUSTICE

Affaire «Pegasus» : le Maroc réagit tous azimuts en Europe

A travers son ambassade à Berlin, le Maroc a déposé lundi dernier en Allemagne une demande d’injonction à l’encontre de la société d’édition de journaux Süddeutsche Zeitung, pour des allégations mensongères dans le cadre d’un reportage sur «l’utilisation» présumée du logiciel espion «Pegasus» par le Maroc. Selon la requête, la société en question a allégué dans plusieurs reportages, en partie sous forme de faits prétendument «établis» et en partie sous forme de soupçons, que le Maroc aurait déployé le logiciel en question et l’aurait utilisé pour «espionner» et «mettre sur écoute» les téléphones portables de nombreuses personnalités politiques, journalistes et autres personnes, souligne l’ambassade du Maroc à Berlin. Le Royaume, qui dément fermement ces allégations, n’a jamais acquis et n’a donc jamais utilisé le logiciel espion «Pegasus», a précisé l’ambassade du Maroc à Berlin. Cette action en Allemagne intervient après les procédures en diffamation déjà engagées par le Maroc en France contre Amnesty International, Forbidden Stories, Le Monde, Mediapart et Radio France.

Par ailleurs, et comme l’a rapporté hier notre confrère Challenge, après le délai fixé de 10 jours, Forbidden Stories et Amnesty International ont failli à apporter des preuves pour étayer leurs allégations. En effet, suite aux accusations précitées, le Maroc avait décidé d’avoir recours à la justice et d’ester contre les accusateurs. Maître Olivier Baratelli (photo), avocat du Royaume dans cette affaire, a affirmé que le délai de 10 jours durant lesquels Forbidden Stories et Amnesty étaient appelés à appuyer leurs accusations est désormais expiré. Le juriste a tenu à rappeler que le Maroc a, à la fois, saisi la justice française mais aussi la justice allemande et la justice espagnole. Il a remis cette semaine un rapport produit par des experts informatiques qui excluent toute utilisation du logiciel «Pegasus» par le Maroc. En conséquence, le Maroc demande à la justice française de dévoiler l’identité de la ou des parties qui sont derrière cette manipulation. Notre confrère Challenge souligne que lors de sa récente intervention sur la chaîne de télévision française CNEWS, l’avocat du Royaume a rappelé que le Maroc compte plusieurs détracteurs sur la scène internationale. Il a insisté notamment sur le fait que le Royaume est considéré comme étant un leader international dans la lutte anti-terroriste et que c’est un pays ami de la France.

M. E.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité