Web
Analytics
SÛRETÉ NATIONALE

La DGSN a célébré hier ses 65 ans d’engagement au service de la Patrie et des citoyens

La famille de la Sûreté Nationale a célébré hier (comme le 16 mai de chaque année) le 65ème anniversaire de la création de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), une étape annuelle au cours de laquelle ses membres, femmes et hommes, se remémorent avec fierté les sacrifices consentis au service de la sécurité de la Patrie et des citoyens. L’occasion aussi de réaffirmer leur ferme engagement à protéger les personnes et les biens et de renouveler leur attachement indéfectible aux institutions nationales sous la conduite sage de S.M. le Roi Mohammed VI.

À l’occasion de cet anniversaire empreint de sentiments sincères de patriotisme, il est de coutume pour la famille de la Sûreté Nationale d’évaluer le bilan des réalisations et des prestations fournies aux citoyens et à l’ensemble des étrangers dans le Royaume, qu’ils soient touristes ou résidents. Cette célébration a offert également l’opportunité de se pencher sur les défis et enjeux inhérents aux nouvelles formes de criminalité et les pistes à emprunter pour mettre les plans d’action au diapason des attentes des citoyens, a indiqué la DGSN dans un communiqué relayé hier par la MAP.

Eu égard au contexte actuel marqué par des mesures de précaution mises en place afin de garantir la sécurité sanitaire des citoyens et prévenir la propagation de la pandémie du «Covid-19», la DGSN a décidé d’annuler toute forme de festivités qui accompagnent la célébration de son anniversaire, tout en consignant les orientations stratégiques à court terme de la famille de la Sûreté Nationale dans une lettre d’orientation adressée à l’ensemble des services centraux et déconcentrés de la Direction.

Dans cette lettre d’orientation, Abdellatif Hammouchi, Directeur Général de la DGSN et de la DGST (Direction Générale de la Surveillance du Territoire) a exprimé ses sincères remerciements, ses vœux et son estime à la grande famille de la Sûreté Nationale avec ses femmes fonctionnaires, engagées en première ligne, ainsi que ses hommes qui font preuve d’un attachement responsable au service de la sécurité de la patrie et du citoyen, de même qu’à ses retraités ayant fourni des services énormes et consenti de grands sacrifices pour assurer la sécurité en tant que service public et droit constitutionnel pour tout citoyen.

Le Directeur Général du Pôle DGSN-DGST a également souligné que l’anniversaire de la DGSN intervient cette année dans un contexte marqué par l’état d’urgence sanitaire ainsi que par une demande publique accrue sur le service sécuritaire dans différents domaines, notant que cette commémoration coïncide aussi avec la célébration de l’Aïd Al Fitr et les premiers jours du mois béni de Chaoual. Abdellatif Hammouchi a par ailleurs saisi l’occasion pour saluer hautement les sacrifices des femmes et hommes de la Sûreté Nationale tout au long de la période de l’état d’urgence sanitaire, afin de préserver la sécurité et protéger les biens, tout en honorant la mémoire de ceux parmi les membres de la Sûreté Nationale qui ont perdu la vie durant cette période à cause du «Covid-19».

Le Directeur Général de l’institution sécuritaire a en outre mis en avant les plans d’action intégrés que la famille de la DGSN a déployés durant l’état d’urgence, notamment en matière d’application des mesures de confinement, de lutte contre la criminalité, de préservation de la sûreté publique, de renforcement du sentiment de sécurité et de lutte contre les fake-news. Ces plans d’action ont joué un rôle important et ont apporté une contribution conséquente à l’aboutissement de l’effort collectif visant à gérer la pandémie et à atténuer ses répercussions, et ce, aux côtés de l’ensemble des intervenants qui sont en première ligne sur le front de la lutte anti-«Covid-19».

De même, Abdellatif Hammouchi a appelé l’ensemble des fonctionnaires à continuer à faire preuve de mobilisation, avec le même sens d’engagement, afin de mieux servir les citoyens dans un esprit d’abnégation et en toute responsabilité, en plaçant le citoyen au premier rang des priorités de l’institution de Sûreté, dans le respect de la loi, des droits et des libertés des personnes et des groupes. La DGSN, a-t-il souligné, poursuivra ses efforts visant à réunir les conditions appropriées pour que ses fonctionnaires puissent s’acquitter de leurs nobles missions, à parachever le projet de mise à niveau de l’infrastructure des services de Sûreté, de développement des mécanismes de travail et d’amélioration de leurs conditions sociales et professionnelles. Il s’agit de faire montre de la même volonté en termes de réformes et de moralisation professionnelle, partant de la conviction selon laquelle la consolidation des fondements de la bonne gouvernance dans le service public de la Police requiert des fonctionnaires bien formés, attachés aux principes de transparence et d’intégrité et à la culture des Droits de l’homme.

À ce sujet, dans le respect de la distanciation et des mesures préventives imposées par la pandémie et après achèvement du contrôle médical de l’ensemble de l’assistance, le Directeur Général du Pôle DGSN-DGST a inauguré des projets d’envergure à Casablanca et à Kénitra. Il s’agit des nouveaux sièges du Laboratoire National de la Police Scientifique et Technique, de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire, du District de Police et du Service des Accidents de Circulation, à l’avenue Roudani à Casablanca, ainsi que l’inauguration du Club Équestre de la DGSN à Kénitra.

Édifié sur une superficie d’environ 8.600 m2, le nouveau Laboratoire National de la Police Scientifique et Technique est composé de 6 étages, d’un sous-sol et de 5 plateformes techniques équipées pour accueillir le service de la biologie légale, le service de chimie, le service des drogues et de toxicologie, le service des preuves pénales, le service dédié à l’empreinte héréditaire, le service administratif et de gestion des affaires des fonctionnaires, les filières logistiques, des saisies et des preuves, de l’évaluation de la qualité et de la sécurité des systèmes d’information.

La DGSN mise aussi sur le développement du mécanisme de la recherche pénale, la mobilisation des sciences et des nouvelles techniques au service de la Justice, le but étant de consacrer les fondements du procès équitable et la dimension des Droits de l’homme dans les enquêtes préliminaires, à travers le recours systématique par les officiers de la Police Judiciaire à la Police Technique et Scientifique et aux preuves scientifiques pour élucider les crimes, outre le renforcement de la transparence dans les procédures de prélèvement, de collecte et de protection de la preuve scientifique et la garantie de sa validité devant les autorités judiciaires compétentes.

Il a été également procédé à l’équipement de la division chargée de l’ADN ou l’empreinte héréditaire par des mécanismes très développés et minutieux, premiers du genre à l’échelle africaine dans le domaine de l’extraction de l’ADN. Il s’agit de mécanismes qui vont permettre de hisser la performance et de renforcer la qualité à travers le traitement minutieux, dans un court délai, d’un maximum d’échantillons relevés sur les scènes de crimes, à raison de 300 échantillons dans un temps ne dépassant pas 3 heures. Ce Laboratoire est aussi équipé d’un mécanisme de nouvelle génération pour effectuer des expertises génétiques permettant de traiter 20.000 unités d’ADN, sur une puce, pour identifier l’appartenance géographique des personnes poursuivies dans des affaires pénales et les traces (couleur des yeux et des cheveux), outre l’identification des victimes des catastrophes naturelles de différents types. Le Laboratoire a également été doté d’équipements et de matériels modernes, de très haute précision, utilisant les systèmes d’imagerie multi-spectrale en vue de lutter contre les crimes liés aux différents genres de falsification, selon une base de données de plus de 2.000 modèles de comparaison dont les passeports, les visas, les monnaies nationales et les devises ainsi que les pièces d’identité et de résidence.

En vue de lutter contre les nouveaux crimes, le Laboratoire a été équipé de nouveaux mécanismes techniques pour identifier la nature des encres utilisées dans les documents falsifiés (et autres) pour agrandir le volume des produits objets de ce traitement à plus de 300.000 fois de son volume réel. Ces nouveaux appareils contribueront à déterminer les composantes organiques et inorganiques des produits objets de traitement, en se basant sur une série de 40.000 applications portant sur 400.000 échantillons, en contribution à la lutte contre le crime lié aux armes à feu, les explosifs, le trafic de drogue et les produits utilisés dans l’intoxication et menaçant l’environnement.

Pour sa part, le nouveau siège de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire est édifié sur une superficie de près de 16. 000 m2, composé de 8 étages dont 2 sous-sols. Il est équipé pour abriter les bureaux spécialisés de la Brigade dans les domaines de lutte contre le crime terroriste, l’extrémisme violent et le crime transfrontalier, notamment les drogues, les psychotropes, l’immigration illégale, le crime économique et financier, le blanchiment d’argent et les crimes liés aux nouvelles technologies.

La DGSN aspire, à travers l’édification de cette nouvelle structure, à assurer un espace de travail intégré aux officiers de la Police Judiciaire qui disposent de la compétence au niveau national pour exécuter les Commissions Rogatoires et développer les mécanismes de coopération internationale en matière sécuritaire, outre la performance en matière d’enquêtes et d’investigations liées aux grands crimes menaçant la sécurité du Maroc et des Marocains. Le siège est par ailleurs équipé de matériels modernes, en harmonie avec les garanties assurées par la législation lors de l’enquête précédant les procès, notamment une salle de contact avec l’avocat et des lieux de garde à vue, des bureaux équipés de technologies d’identification les plus modernes, un laboratoire pour analyser les empreintes digitales, outre un amphithéâtre pour les rencontres avec la presse, une salle de réunions, une salle pour les prières et autres dépendances pour les fonctionnaires.

Concernant le Club Équestre relevant de la DGSN, inauguré près de la forêt Maâmoura et de l’Institut Royal de Police à Kénitra, il s’étale sur une superficie de près de 10 hectares et offre des formations policières dans les domaines de la cavalerie, de la distraction et de la compétition en équitation. Cette nouvelle structure abrite une unité offrant des formations spécialisées et continues, et ce, au profit des fonctionnaires de Police exerçant aux Brigades de Cavalerie. Elle comprend des dépendances et des équipements réalisés selon les programmes modernes et les techniques adoptées en matière de formation théorique et appliquée au profit des cavaliers de la Sûreté Nationale, notamment en ce qui concerne l’élevage des chevaux et leur dressage pour effectuer différentes missions à caractère sécuritaire. Le nouveau Club Équestre abrite aussi plusieurs dépendances équipées selon une approche transversale et répondant aux standards internationaux liés à l’organisation et à l’accueil de compétitions du sport équestre et le développement de la pratique de cette discipline parmi la famille de la Sûreté Nationale. Le site est équipé de 3 carrières couvertes de dressage, dont une circulaire couverte, d’un diamètre de 18 mètres, liée à un tuyau d’arrosage autoprogrammé. Les carrières sont utilisées dans le dressage des chevaux aux exercices de course et de marche selon des besoins liés aux spectacles ou aux missions policières dont la gestion des patrouilles montées et la préservation de l’ordre. Le Club dispose aussi d’une clinique vétérinaire composée de 13 écuries de soins dotées de tout le matériel médical vétérinaire, notamment dans le domaine du diagnostic, du suivi, des analyses périodiques au profit des chevaux de la Sûreté Nationale. Une carrière principale est également aménagée sur une superficie de 7.000 m2, équipée d’un terrain dédié aux compétitions équestres dont le saut d’obstacles, les spectacles et les activités de dressage. Cette carrière est liée à une tribune VIP et une tribune d’honneur ainsi qu’une autre couverte pour le public, d’une capacité de 400 à 500 sièges. Cet espace dispose également d’une autre carrière s’étalant sur 2.800 mètres carrés, dédiée aux entraînements et aux préparatifs lors des compétitions sportives officielles. Il a été aussi doté d’un atelier de sellerie et un autre de maréchalerie ainsi que de dépendances d’accueil, de vestiaires pour cavaliers et de matériel logistique pour transporter les chevaux et cavaliers ainsi qu’une unité vétérinaire mobile pour soigner les chevaux.

À travers l’inauguration de ces projets sécuritaires structurants, la DGSN vise à hisser le système policier pour qu’il réponde aux aspirations des citoyens et faire face aux défis dictés par le crime dans sa dimension transfrontalière. Le but étant de préserver la sécurité et l’ordre public, ainsi que garantir les droits et les libertés des citoyens en renforçant la position du pays aux niveaux régional et international en matière de stabilité et de sécurité. (Photo : AIC Presse).

(Source : MAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité