Web
Analytics
CRÉDIT IMMOBILIER

Davantage de femmes se lancent avec des dossiers au moins aussi solides que les hommes

L’évolution du crédit immobilier au féminin est une réalité qui prend de l’ampleur. Mais, derrière cette évolution prometteuse, des défis subsistent. Les femmes font face à une réalité salariale souvent moins reluisante que chez les hommes. Malgré cela, elles réussissent à mobiliser un apport personnel aussi important que les hommes.

Dans un monde en constante évolution, les femmes s’affirment avec force et ambition. De plus en plus indépendantes, elles accèdent à des postes de responsabilité et n’hésitent pas à se projeter dans l’acquisition d’un bien immobilier. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : sur le comparateur de crédit immobilier en ligne «Afdal.ma», il apparaît que 60% des simulations sont réalisées par des femmes ! Cette génération dynamique, majoritairement âgée de moins de 40 ans, recherche des crédits de moins de 1,2 million de DH, avec des durées plus longues que celles des hommes, tout en disposant d’un apport personnel moyen de 17%.

Néanmoins, derrière cette évolution prometteuse, des défis subsistent. Les femmes ont des salaires parfois moins élevés que les hommes, ce qui influe sur le montant des emprunts. Malgré cela, elles réussissent à mobiliser un apport personnel conséquent, signe de leur gestion financière exemplaire et de leur détermination à mener à bien leurs projets.

L’apport personnel, véritable clé de voûte du crédit immobilier, joue un rôle crucial dans la construction d’un dossier solide et crédible. Cet argent disponible immédiatement témoigne du sérieux de la démarche entreprise, de la faisabilité du projet et de la stabilité financière de l’emprunteur.

Selon les données d’«Afdal.ma», l’apport moyen pour un crédit immobilier s’élevait à 311.583 DH au premier semestre 2023. Pour une personne seule, le pouvoir d’achat immobilier peut sembler plus restreint, conduisant à l’acquisition de biens de taille plus modeste par rapport à un couple. Ainsi, les célibataires sont susceptibles de faire face à une exigence plus élevée des banques en matière d’apport personnel, particulièrement pour les primo-accédantes. Mais malgré cette contrainte structurelle, les femmes montrent un engagement qui force le respect et l’admiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page