Web
Analytics
AGRICULTURE

La production du Fruit du Dragon promise à un bel avenir dans la région de Safi

Le projet de production et de commercialisation du Fruit de Dragon, connu aussi sous l’appellation «Pithaya», installé au niveau de Douar Laânakda (Cercle de Gzoula) dans la Province de Safi, est une activité à fort potentiel de développement, portée par des jeunes de la région et bénéficiant du soutien de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH). Inscrit dans le cadre du programme baptisé «Amélioration du revenu et insertion économique des jeunes», ce projet à vocation socio-économique a vu le jour grâce à une enveloppe budgétaire totale de 330.000 DH, dont 198.000 DH en tant que contribution de l’Initiative dédiée à l’acquisition des équipements nécessaires, selon les données de la Division de l’Action Sociale (DAS) relevant de la Province de Safi. Quant aux 132.000 DH restants, ils sont pris en charge par la société Aricazane SARL, porteuse du projet, et sont alloués à l’acquisition des matières premières, à la contribution à l’achat des équipements et à l’offre et l’aménagement de l’espace abritant ce projet.

L’Association Enactus Morocco, partenaire de ce programme, a pour mission d’assurer un accompagnement technique du porteur du projet pour une période allant de 12 à 24 mois. Le projet, qui cible des jeunes âgés de 18 à 34 ans, se fixe pour objectifs notamment d’améliorer les conditions de travail, de tirer vers le haut le revenu des bénéficiaires et de contribuer à la création des opportunités d’emploi.

Dans une déclaration à «M24», la chaîne de télévision de l’information en continu de la MAP, l’un des intervenants dans ce projet, Abdeljalil Lamhili, a rappelé que le démarrage de cette activité a eu lieu en 2017, après que l’idée du projet a mûri à partir d’une série de recherches et de navigation sur le Net à ce sujet et surtout, à un moment où ce fruit a été encore peu connu au Maroc. «Nous avons travaillé durement pour monter ce projet en nous confrontant à un certain nombre de difficultés que nous avons, par la suite, réussi à transcender en acquérant les techniques nécessaires, surtout qu’il s’agit d’un fruit tropical dont la culture nécessite des conditions climatiques précises et des volumes d’eau bien maîtrisés. Actuellement, nous sommes en phase d’extension du projet sur une parcelle de terrain d’un demi-hectare, et ce, grâce à la contribution remarquable de l’INDH», s’est-il félicité, louant au passage, les efforts déployés par les autorités provinciales pour l’accompagnement des jeunes porteurs de projets et la réussite de leur insertion économique.

A. A.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité