Web
Analytics
PORTRAIT

Walid Regragui, le mâallem !

La chaîne de télévision France24, en collaboration avec l’agence AFP, a publié hier sur son site en ligne un superbe portrait de Walid Regragui, le coach des Lions de l’Atlas, sous le titre «Walid Regragui, sélectionneur du Maroc : on essaie d’être une locomotive en Afrique». Nous le reprenons ci-après pour le plus grand plaisir des lecteurs et des supporters de nos héros au Qatar.

Face au Portugal, le Franco-Marocain Walid Regragui deviendra le premier entraîneur du continent africain à disputer un quart de finale de Coupe du monde. Nommé cet été, il s’est appuyé sur la solidité défensive de l’équipe du Maroc pour décrocher une qualification historique. Après la victoire contre l’Espagne, il a salué la détermination de ses joueurs et souligné la qualité du travail effectué depuis plusieurs années.

Le Maroc est lancé à toute vapeur dans cette Coupe du monde au Qatar ! Et si son conducteur, le sélectionneur Walid Regragui, ne connaît pas encore la destination finale de son équipe, il sait qu’elle est sur de bons rails. «On essaie d’être une locomotive en Afrique», a expliqué Walid Regragui après la victoire en huitièmes de finale contre l’Espagne, mardi 6 décembre. «Le continent avance, le Maroc a fait beaucoup d’efforts. Je suis arrivé en 2013, et depuis, j’ai vu les stades évoluer, la Fédération a fait d’énormes efforts, Sa Majesté a mis énormément de moyens. Il n’y a pas de surprises. Maintenant, il ne faut pas s’endormir, il faut continuer».

Cette volonté l’anime depuis sa nomination au poste de sélectionneur, début septembre, moins de trois mois avant le début du Mondial, à la place de Vahid Halilhodzic. «J’ai passé mes diplômes en France, mais c’est mon pays d’origine qui m’a donné ma chance. Il fallait rendre à la Fédération ce qu’elle m’a offert, la confiance qu’elle m’a donnée de pouvoir grandir au Maroc en tant que coach», a expliqué Walid Regragui.

Pour la première fois de l’histoire, les cinq sélections africaines qualifiées pour la Coupe du monde au Qatar avaient sur leur banc un «local» : Rigobert Song pour le Cameroun, Jalel Kadri pour la Tunisie, Aliou Cissé pour le Sénégal, Otto Addo pour le Ghana et enfin Walid Regragui pour le Maroc. L’ère des «sorciers-blancs» semble désormais terminée en Afrique.

Un brillant doublé avec le WAC

Le nom de Walid Regragui circulait avant même le licenciement de Vahid Halilhodzic, survenu le 11 août dernier. La Fédération marocaine évoquait des «divergences de points de vue au sujet de la préparation idoine des Lions de l’Atlas» pour la Coupe du monde.

Né à Corbeil-Essonnes, près de Paris, Walid Regragui a connu une longue carrière de joueur avant de devenir entraîneur. Il a goûté au monde professionnel assez tardivement, découvrant le National à l’âge de 23 ans au Racing Club de France. Ce latéral droit de formation rejoint ensuite Toulouse avec lequel il monte en Ligue 1. Il enchaîne ensuite les expériences en France (Ajaccio, Dijon et Grenoble), complétées par une pige en Espagne, au Racing Santander.

Ses performances lui valent d’être appelé au sein des Lions de l’Atlas en 2001. Avec le Maroc, il dispute notamment la finale de la CAN 2004 face à la Tunisie et remporte le titre de meilleur défenseur de la compétition. À sa retraite internationale en 2009, il peut se targuer d’avoir disputé 45 matchs avec les Marocains. Il se fait surtout une réputation de facilitateur dans le groupe, capable de faire le lien entre la vieille génération, souvent formée au Maroc, et les jeunes binationaux.

Walid Regragui stoppe sa carrière de joueur en 2011. L’année suivante, il rejoint le banc de la sélection marocaine avec un poste d’adjoint (2012-2013). Il remporte ensuite des trophées dans chacun des clubs où il passe : une Coupe du Trône (2015), un championnat marocain (2016) avec le FUS de Rabat et un championnat du Qatar avec Al-Duhail (2020). Lors de l’année écoulée, il signe un brillant doublé avec le Wydad Casablanca : Ligue des champions africaine et championnat du Maroc.

Une solide stratégie défensive

Son chantier prioritaire avec les Lions de l’Atlas a été de faire revenir dans la sélection certains joueurs de poids, en froid avec son prédécesseur, à commencer par le milieu de terrain Hakim Ziyech. «On a réussi à créer une famille, on sent qu’on a un peuple derrière nous. Si vous m’aviez dit, avant de commencer, qu’on aurait joué la Croatie, la Belgique et l’Espagne sans perdre un match, j’aurais signé», a expliqué Walid Regragui. Il est aussi revenu, après la victoire contre l’Espagne, sur la stratégie défensive du Maroc. «On a accepté de ne pas avoir la possession. Pas par peur, mais on a l’humilité de dire qu’on n’est pas encore la France, l’Allemagne ou l’Angleterre pour rivaliser avec eux en termes de possession», a expliqué Walid Regragui.

Le Maroc misait sur sa défense pour préserver le score et sur son gardien Yassine Bounou pour l’épreuve finale des tirs au but. Un choix payant. «C’est un chef-d’œuvre tactique, avec une ligne défensive et un milieu marocain qui coulissaient dans une parfaite synchronie, de gauche à droite», relevait après la rencontre Cédric Ferreira, envoyé spécial de France24.

«Walid Regragui a remplacé au pied levé Vahid Hallilodzic, qui est un entraîneur plutôt défensif. Il n’a pas eu le temps de changer la philosophie de jeu. Il s’adapte et il fait du béton en défense», analyse Xavier Barret, consultant pour France24 pendant ce Mondial. Une construction solide qui a permis au Maroc de se qualifier, pour la première fois de son histoire, parmi les 8 dernières équipes de cette compétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité