NOUVELLES TECHNOLOGIES

L’OCP réalise 400 millions de dollars de transactions via la blockchain

L’OCP, leader mondial des phosphates et des engrais, est aussi un géant des nouvelles technologies. Il vient de le rappeler en concluant une opération stratégique avec l’Éthiopie. En ligne de mire dans cette nouvelle initiative : la fameuse blockchain.

Le groupe OCP et la Banque de Commerce et de Développement de l’Afrique de l’Est et Australe (Trade and Development Bank TDB) ont annoncé le 30 mars dernier avoir effectué des transactions commerciales de 400 millions de dollars menées via la technologie blockchain. Un montant de 270 millions de dollars a déjà été exécuté tandis que le reste est prévu durant les prochains mois, indique-t-on dans un communiqué conjoint, notant que le groupe OCP est la première entreprise africaine à exécuter une transaction commerciale intra-africaine utilisant la technologie blockchain. Cette transaction a permis de financer l’expédition d’engrais phosphatés du Maroc vers l’Éthiopie, note la même source, relevant que cette initiative s’inscrit dans la stratégie de digitalisation du groupe visant à contribuer notamment à la réduction du déficit de financement du commerce en Afrique et à stimuler le commerce intra-africain, en particulier dans le secteur des engrais, grâce à l’inclusion digitale.

Un gain de temps extraordinaire

La technologie blockchain permet à toutes les parties prenantes de réaliser la transaction numériquement et de compléter l’opération d’import-export en moins de deux heures, indique le communiqué, ajoutant que les transactions «papier» équivalentes sont généralement conclues en trois semaines sinon plus, en raison du délai nécessaire aux fournisseurs pour le transfert de documents physiques à l’acheteur via le système bancaire traditionnel. Avec le ralentissement actuel de la logistique mondiale et des chaînes d’approvisionnement, les transactions de financement du commerce peuvent prendre jusqu’à six semaines, en raison de la fermeture des frontières et des aéroports qui continue d’engendrer des retards supplémentaires. Dans le cas de cette opération, les parties peuvent télécharger, afficher, modifier et valider la documentation dans une blockchain privée, simultanément et en temps réel. Par ailleurs, cette technologie présente de nombreux avantages, notamment une empreinte carbone plus faible, des opérations plus sécurisées grâce aux technologies de cryptage et de vérification, plus de transparence et de traçabilité, et la réduction de risques grâce à l’élimination d’éventuelles erreurs et ambiguïtés dans l’échange et la modification des documents.

Dans le cadre de l’opération de l’OCP, la technologie Blockchain a facilité le financement du commerce en Éthiopie en fournissant des solutions qui aident à répondre aux besoins en devises et permettent l’importation de produits agricoles et énergétiques vitaux, notamment les engrais, le blé ou encore le sucre. Le groupe OCP a toujours mis l’accent sur la nécessité d’une collaboration intra-africaine pour relever le défi d’une agriculture structurée, efficace et durable. À préciser que l’agriculture joue un rôle essentiel dans l’économie éthiopienne, représentant 31% du PIB du pays et 66 % de son marché du travail. Les engrais sont fondamentaux pour ce secteur dans la mesure où environ la moitié de ces produits sont importés auprès du groupe OCP depuis le Maroc.

A. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité