DIPLOMATIE SPORTIVE

Le Maroc inflige un camouflet à l’Algérie au sein de la CAF

À la Confédération Africaine de Football (CAF), le Maroc a remporté une bataille diplomatique contre l’Algérie qui voit s’évaporer son rêve de faire admettre la chimérique «RASD» au sein de la Confédération continentale, a écrit en début de semaine l’hebdomadaire français «Jeune Afrique». À l’issue de l’Assemblée générale de la CAF, tenue le 12 mars dernier à Rabat, l’instance sportive a en effet approuvé un amendement excluant l’éventuel projet d’une fédération de football pour la pseudo-«RASD» appuyé par l’Algérie. Une victoire diplomatique pour le Royaume, souligne le magazine qui publie sur son site web une tribune de l’analyste politique Hicham Rahil. Cet amendement avait été introduit par Fouzi Lakjaâ (photo), Président de la Fédération Royale Marocaine de Football, pour lequel il s’est battu de longs mois, révèle l’analyste politique dans sa tribune. L’amendement décrète que «la Confédération Africaine de Football est ouverte à toutes candidatures d’Associations nationales africaines comme représentants officiels gérant le football dans un pays reconnu comme État indépendant et membre de l’ONU». En d’autres termes, le rêve algérien de faire admettre un jour une fédération de football de la fantomatique «RASD» au sein de la CAF «vient de s’évaporer. Sans tambour ni trompette. Et l’Algérie n’a rien pu y faire», lit-on dans la tribune de «Jeune Afrique». Cet amendement «crucial», obtenu à l’issue de la 43ème Assemblée générale ordinaire de la CAF, et «dont les Marocains ne peuvent que s’enorgueillir», intervient «trois mois après la reconnaissance américaine de la souveraineté du Royaume sur le Sahara», rappelle l’analyste politique.

A. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité