Web
Analytics
EDITO

LE GHALI-GATE DE TROP

PAR HASSAN EL ARCH

Le torchon brûle entre le Maroc et l’Espagne. Depuis plus de deux semaines, les relations entre les deux voisins sont, en effet, en mode «stand by» suite à l’attitude inamicale (pour ne pas dire autre chose) de Madrid qui a reçu sur le territoire espagnol le dénommé Brahim Ghali, chef séparatiste du «Polisario». Terroriste notoire, criminel de guerre, pédo-esclavagiste et violeur, objet de nombreuses plaintes internationales déposées contre lui. Excusez du peu… Parrainé, équipé et protégé par l’Algérie, il œuvre depuis des années à saper la stabilité de la région en s’attaquant au Maroc et à son intégrité territoriale.

En l’accueillant pour des raisons «humanitaires» comme le prétend la Primature à Madrid, sous une fausse identité qui plus est, l’Espagne assène au Maroc, pour ainsi dire, un coup de poignard dans le dos. Il n’y a pas d’autres mots. Cette même Espagne qui, du reste, ne jure que par le niveau hautement stratégique de sa coopération avec le Royaume ! Mais cette Espagne insulte sans états d’âme aujourd’hui le bon voisinage et crache sur la bienséance qu’imposent les usages dans les relations internationales.

C’est une attitude moralement condamnable. Elle fait dire au chef de la diplomatie marocaine qu’il ne peut exister de «relation à la carte» entre les deux pays et que Madrid doit se déterminer et exprimer clairement son choix : soit le Maroc, soit Brahim Ghali… La première option respecte l’histoire, la géographie et le bon sens; la seconde sacrifie les relations d’État pour un terroriste international. Un mercenaire qui ne vit que pour un dessein et ne projette qu’un rêve : détruire le Maroc. Tel est le mandat qu’Alger a donné à Brahim Ghali et à ses lieutenants au «Polisario».

En accueillant cet homme sur son territoire sans même en informer au préalable les autorités marocaines, comme le veulent la courtoisie et la diplomatie, l’Espagne fait montre d’une prodigieuse amnésie sélective. Lorsque les séparatistes catalans avaient menacé l’intégrité territoriale de ce pays et que leurs leaders avaient cherché des courants de sympathie pour leur cause à l’étranger, y compris au Maroc, Rabat a clairement affiché sa position : pas de marchandage sur l’intégrité territoriale du Royaume d’Espagne. Eh bien, on sait aujourd’hui à quoi s’en tenir avec nos voisins de l’autre côté de Gibraltar !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité