CULTURE

Une vente aux enchères à Marrakech en hommage à la mémoire de Mohamed Melehi

La maison de ventes aux enchères Artcurial Maroc organisera le 23 mai prochain à Marrakech une vente aux enchères d’œuvres de plusieurs artistes marocains de renom, dont Mohamed Melehi, auquel l’institution a décidé de rendre hommage. Cette vente aux enchères présentera 11 œuvres de Mohamed Melehi, grand artiste marocain décédé en octobre 2020, indique un communiqué de la maison de vente aux enchères. Parmi les lots-phares de cette vente, deux plafonds peints et des compositions en bois de cèdre sculpté réalisées en 1969 par le défunt artiste pour un établissement hôtelier à Kalâat M’gouna, outre des «Moucharabiehs» et plafonniers de l’artiste Mohamed Chebâa, mort en 2013.

Dès la fin des années 1960, le talent de Mohamed Melehi et celui de Mohamed Chebâa, tous deux socles de l’école des Beaux-Arts de Casablanca, rencontrent celui du duo d’architectes Patrice de Mazières et Abdesslem Faraoui. Instigateurs d’une architecture moderne inspirée du courant brutaliste, ils réalisent ensemble de nombreux projets extrêmement innovants, dans le cadre de la promotion de la région du grand sud du Royaume, intégrant les œuvres à l’architecture. «Cette vente rend hommage à un grand artiste que nous avons malheureusement perdu l’année dernière. Mohamed Melehi illustre la richesse du patrimoine national marocain. Il a su établir un dialogue entre art traditionnel et art contemporain. Les plafonds peints et les compositions en cèdre sont très symboliques de son talent et de sa modernité», souligne le Directeur d’Artcurial Maroc, Olivier Berman.

Né à Asilah en 1936, Mohamed Melehi est peintre, graphiste, enseignant, muraliste et acteur culturel, une figure centrale et de premier plan de l’art marocain et de l’histoire du modernisme. Mohamed Chebâa est natif, quant à lui, de Tanger en 1935. Après l’obtention de son diplôme à l’Ecole des Beaux-Arts de Tétouan, il part en Italie pour poursuivre, de 1962 à 1964, des études à l’Académie des Beaux-Arts de Rome. De retour au Maroc, il enseigne à l’école des Beaux-Arts de Casablanca, avant d’être nommé Directeur de l’Institut National des Beaux-Arts de Tétouan. C’était l’une des figures importantes de la peinture moderne au Maroc.

A. A.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité