Web
Analytics
ONU

Le Maroc interpelle l’Algérie sur ce qu’elle dénie à la Kabylie, mais qu’elle réclame au Sahara

Usant de son second droit de réponse aux récents propos fallacieux du représentant de l’Algérie, Soufiane Mimouni, au sujet d’une prétendue autodétermination du «peuple du Sahara occidental» et une «occupation du Sahara par le Maroc», lors du séminaire onusien du «C24» pour les Caraïbes, à la Dominique, l’Ambassadeur et Représentant du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale (photo), a regretté que son collègue algérien ait eu recours à l’insulte, à l’invective et au dénigrement dans sa réponse à l’argumentaire marocain, méprisant ainsi le ton qui sied à une réunion onusienne, faisant remarquer que «l’insulte est l’arme des faibles».

Le diplomate marocain a par ailleurs souligné que l’autodétermination des populations du Sahara marocain a été achevée avec le recouvrement par le Maroc de ses provinces sahariennes et s’exerce quotidiennement par les populations depuis lors, et ce, à travers plusieurs actes fondateurs et des actions politiques fortes dont notamment :

– La défense de l’intégrité territoriale du Royaume à tous les niveaux sur le plan national et diplomatique à l’international.

– L’appropriation des différentes échéances électorales et référendaires, ce qui est l’expression suprême du droit à l’autodétermination, et ce, dans un climat serein, calme et responsable, confirmé par les rapports du Secrétariat Général de l’ONU au Conseil de Sécurité.

– La participation massive aux élections législatives, municipales, communales et régionales en s’honorant du taux de participation le plus élevé du Royaume, soit plus de 65%, ce qui n’est nullement le cas de la dernière participation au scrutin électoral, qui était de 0,1%, en Kabylie, en Algérie.

– Le choix des populations des provinces du Sud du Royaume d’édifier au Sahara une société pacifique, inclusive, ouverte, tolérante et résolument attachée à la démocratie et au respect des Droits de l’Homme.

– La contribution de ces populations à l’essor socio-économique et culturel du Sahara marocain.

– L’engagement au quotidien de toutes les composantes sociales du Sahara, particulièrement les jeunes et les femmes, à la mise en œuvre du Nouveau Modèle de Développement des provinces du Sud, initié par S.M. le Roi Mohammed VI depuis 2015.

– L’évasion de dizaines de milliers de Sahraouis marocains des camps de Tindouf, au risque de leur vie, et leur retour à la mère-patrie, le Maroc. Plus de 20.000 personnes ont ainsi fui les camps de Tindouf et plusieurs dizaines ont été tuées par l’armée algérienne ou par les mercenaires du «Polisario» en tentant de s’échapper.

L’Ambassadeur du Maroc a également rappelé que l’autodétermination est un acte citoyen et volontaire au quotidien au Sahara marocain. Il a, de fait, remis le représentant de l’Algérie à sa place, suite à sa énième dérive et à la récurrence obsessionnelle de son pays au sujet du présumé droit du Sahara marocain à l’autodétermination et sur ce qu’il a qualifié, avec insolence, de soi-disant «dernière colonie de l’Afrique et d’État colonisateur». Omar Hilale a pris les participants à témoins en s’interrogeant : quel territoire ou pays, invités à ce séminaire, ont-ils un voisin belliqueux qui leur impose un conflit armé depuis des décennies et les agresse par un groupe séparatiste armé interposé ? Aucun ! Seule l’Algérie est coupable de cette unique anomalie gravissime à l’égard du Maroc et de son Sahara. Le diplomate marocain a ensuite rappelé à l’ambassadeur algérien que «l’autodétermination est un principe universel et onusien, qui ne doit souffrir d’aucune sélectivité et qui doit bénéficier à toutes les populations, surtout celles qui subissent une occupation depuis des décennies», ajoutant dans la foulée que «l’Algérie, qui se gausse en toute occasion de le réclamer avec monomanie pour le Sahara marocain, oublie qu’il y a des populations dans son propre pays qui réclament de pouvoir bénéficier de ce même droit à l’autodétermination». Et Omar Hilale d’asséner que «le peuple Kabyle, qui existait bien avant la création de l’État algérien, a le droit lui aussi de s’autodéterminer ! Pourquoi l’Algérie lui dénie ce qu’elle exige pour les Marocains du Sahara, allant jusqu’à imposer au Royaume un conflit armé depuis 45 ans, par un groupe armé séparatiste ? Et pourquoi les représentants du peuple Kabyle n’ont-ils pas le droit d’être présents à cette réunion du «C24» ? Ils ont eux aussi le droit de s’exprimer librement sur leur avenir», a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité