SUR FOND DE PANDEMIE

La transformation numérique au Maroc à la loupe d’Oxford Business Group

Depuis plus d’une année, une «littérature» à n’en pas finir déboule sur les réseaux sociaux et dans les supports de presse, à travers le monde, concernant les effets du «Covid-19» et ses implications économiques et sociales sur le quotidien. Des structures spécialisées analysent presque chaque jour ces effets sur les pays. Au Maroc, l’antenne du célèbre cabinet britannique Oxford Business Group multiplie les rapports dans ce sens. Le tout dernier est édifiant à plus d’un titre. En voici la synthèse.

Habitué à publier des rapports extrêmement bien documentés sur le Maroc, le cabinet Oxford Business Group vient d’éditer un nouveau document en écho à la pandémie du «Covid-19», entièrement consacré à la transformation numérique dans le Royaume. S’inscrivant dans la série des «Covid-19 Response Reports (CRR)», qui se proposent d’analyser les différentes facettes de l’économie des pays émergents à la lueur des défis posés par la crise sanitaire en cours, cette nouvelle étude revient sur l’impact de la technologie sur la société et l’économie marocaines, montrant comment l’utilisation de ces technologies a permis au Royaume de traverser au mieux la crise et offrant des pistes pour le développement à venir grâce à une accélération de la transformation numérique. Le cabinet d’intelligence économique a bénéficié du soutien de son partenaire marocain l’Agence de Développement du Digital (ADD), ainsi que d’autres entreprises relevant du secteur des nouvelles technologies.

Nécessité d’une numérisation accrue

Présenté dans un format clair et accessible, mêlant données essentielles et analyses, et illustré par de nombreuses infographies, le nouveau d’OBG rapport comporte entre autres une importante interview du Directeur Général de l’Agence de l’ADD, Mohammed Drissi Melyani, qui revient sur l’impact de la pandémie sur l’administration numérique au Maroc, sur les effets du digital sur le développement humain et l’inclusion sociale et sur la cyber-sécurité. Le rapport compte également des études de cas d’entreprises en première ligne dans cette dynamique : SAP, Wilo, CBI, Genious, Ideo Factory, Webhelp, Pandora Box…

La crise du «Covid-19» a démontré la nécessité d’une numérisation accrue, mais le Maroc n’a pas attendu 2020 pour amorcer sa transformation digitale ! Entamée il y a une dizaine d’années déjà, cette dernière s’est vue accélérée au moyen de grandes initiatives gouvernementales, «Horizon 2020» lancée en 2017, puis «Horizon 2025», qui se sont fixées des objectifs ambitieux en matière notamment d’e-gouvernement et de formation des jeunes aux nouvelles technologies. Des efforts qui avaient déjà porté leurs fruits début 2020, alors que le Maroc occupait la quatrième place des «Digital Risers» parmi les pays de la région MENA (Moyen Orient et Afrique du Nord) au classement du Centre Européen pour la Compétitivité Numérique.

Si le Maroc bénéficiait déjà de taux de pénétration internet et mobiles relativement élevés, la pandémie du «Covid-19» a poussé à l´innovation technologique dans de nombreux secteurs, que ce soit dans la finance, l’agriculture ou dans le domaine de l´éducation. Le confinement a dopé le e-commerce et l’habitude du paiement sans contact semble désormais bien ancrée chez la population. Les paiements mobiles ont ainsi augmenté de 31,3% lors du premier semestre de 2020, comparativement à la même période l´année 2019.

Des réponses appropriées à la pandémie

En réponse à la pandémie, les secteurs public et privé au Maroc ont mis en place une série de mesures qui ont permis de maintenir la productivité tout en respectant la distanciation sociale. On peut notamment citer la solution de digitalisation des opérations agricoles «Attaisir» ou encore les solutions déployées dans le domaine de l’enseignement à distance avec le lancement, dès le mois de mars 2020, de la plateforme «Telmid» ou encore le chantier de digitalisation mené dans le cadre des infrastructures routières et qui concerne aussi bien les appels d’offres que les systèmes de paiement. Les secteurs du tourisme, de l’immobilier et de la culture ont également surfé sur la vague du numérique en 2020, préparant ainsi la relance. Au pic de l’épidémie, 7 salariés marocains sur 10 travaillaient en télétravail, une évolution qui pourrait également se transformer en opportunité de création d’emplois.

S’exprimant sur le sujet, le Directeur Général de l’ADD, Mohammed Drissi Melyani, déclare : «L’accélération de la transformation numérique est un levier efficace d’inclusion sociale et de développement humain. Les technologies numériques permettent de résoudre des problèmes cruciaux qui entravent le développement social et un accès équitable à des services et opportunités». Résoudre la fracture numérique permettra d’atténuer les inégalités dans le pays, notamment entre les villes et les campagnes, et d’atteindre l’objectif de croissance plus inclusive que le Maroc s’est fixé.

Bernardo Bruzzone, Directeur Éditorial Afrique d’Oxford Business Group, ajoute que «la dynamique enclenchée par le Maroc, ces dernières années, en matière de transformation digitale, portée à la fois par les pouvoirs publics et par le secteur privé, s’est accélérée en 2020 sous l’effet de la pandémie du «Covid-19». Elle devrait se poursuivre en 2021, profitant d’une évolution des mentalités et d’une adoption plus générale des technologies digitales dans la population. Un secteur de l’innovation en plein essor, des start-ups dynamiques et de grandes initiatives, tel que le projet de la zone industrielle de «Fez Smart Factory» lancé au mois de septembre 2020, sont autant de signes positifs pour la reprise de l’économie marocaine post-«Covid-19».

Un catalyseur d’intelligences régionales

Oxford Business Group (OBG) est un cabinet britannique d’intelligence économique et de conseil présent dans plus de trente pays d’Asie, d’Afrique, du Moyen-Orient et des Amériques. La firme produit de l’information stratégique sur les marchés ayant démontré un taux de croissance parmi les plus rapides au monde, afin d’aiguiller les décisions commerciales et d’investissement. À travers une large gamme de produits (veille économique, Economic News & Views, sondages OBG CEO Surveys, événements, conférences, capsules vidéo exclusives, Global Platform, publications annuelles «The Report» et sa division conseil), OBG développe des analyses exhaustives et précises de l’évolution macroéconomique et sectorielle des pays ciblés.

M. E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité