Web
Analytics
CULTURE

FICAM : lever de rideau à Meknès de la 21ème édition

Placé sous le haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI et organisé par la Fondation Aïcha en partenariat avec l’Institut Français de Meknès, le Festival International de Cinéma d’Animation de Meknès (FICAM) a démarré hier les festivités de sa 21ème édition en la présence de Mohamed Benyacoub, Directeur du Département des Arts au ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, ainsi que Ladislav Skerík, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Tchèque (pays à l’honneur de cette édition) au Maroc, et Mardochée de Vico (photo), Président de la Fondation Aïcha. Pas moins de 25 autres pays sont représentés lors de ce festival dont le positionnement et la dimension internationale ne cessent de croître au fil des années.

Après les discours d’ouverture de Mardochée Devico, Président de la Fondation Aïcha, et Agnès Humruzian, Conseillère de coopération et d’action culturelle et Directrice Générale de l’Institut Français du Maroc, un hommage a été rendu à l’invité d’honneur, Kristof Serrand, qui donnera ce samedi 4 mars la «Leçon de Cinéma» de cette édition 2023.

La cérémonie d’ouverture s’est poursuivie avec le «Ciné-Concert» de Serge Bromberg qui a transporté en musique le public dans le monde de l’animation. Une visite très particulière dans les origines du cinéma en relief, mais aussi dans des courts–métrages d’animation de différentes techniques, époques, pays et genres. Un voyage merveilleux et inattendu animé avec beaucoup de finesse et d’espièglerie.

Egalement au programme de cette soirée, le «Grand Prix Aïcha de l’Animation» 2023 a été décerné à Mohammed Samsseme pour son projet de court-métrage d’animation «T’as vendu mes rollers ?». Cette récompense, dotée de 50.000 DH pour réaliser le projet, permet aussi à l’heureux gagnant de bénéficier d’une résidence de création à l’Abbaye de Fontevraud, en France, en partenariat avec la Nef Animation.

Cette première journée du festival a aussi été l’occasion de lancer la seconde édition du «Forum des Métiers du Film d’Animation au Maroc». Après le succès de la première édition et le réel engouement suscité auprès des professionnels et des étudiants, le forum se tient, en effet, à nouveau cette année en marge du festival, les 3, 4 et 5 mars. Véritable plateforme d’échanges, le forum réunit des studios d’animation marocains, la chaîne de télévision nationale SNRT et des écoles d’arts, de cinéma et de journalisme. L’objectif : renforcer le réseau des professionnels de l’animation au Maroc avec la perspective, dans les années à venir, d’organiser à Meknès un marché du film d’animation marocain.

Cette première journée a connu par ailleurs le lancement des projections scolaires «Trop classe le ciné» ainsi que le démarrage du «Volet Formation» du FICAM. Il est destiné aux écoles publiques marocaines d’art et d’audiovisuel et accueille, cette année, plus d’une centaine d’étudiants qui prennent part aux différents ateliers du festival.

Sous le signe de la légèreté et de la bonne humeur, la réalisatrice française Amandine Fredon a fait découvrir au public son dernier long-métrage, co-réalisé avec un autre artiste français, Benjamin Massoubre : «Le petit Nicolas : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?». Un moment magique où chacun des spectateurs s’est vu revivre les joies de l’enfance.

Rappelons que cette 21ème édition se poursuivra jusqu’au 8 mars à Meknès et jusqu’au 12 mars à travers FICAM Maroc dans 11 autres villes du Royaume grâce au réseau des Instituts Français du Maroc.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page