Web
Analytics
SANTÉ

Des experts marocains et étrangers réunis à Marrakech l’affirment : le trouble du sommeil est une pathologie qui peut tuer !

Si votre enfant est hyperactif ou somnolant et qu’il a des troubles du comportement, ce n’est peut-être pas parce qu’il est paresseux ou turbulent, mais qu’il souffre peut-être de troubles respiratoires obstructifs au sommeil (TROS) et peut être soigné s’il est diagnostiqué à temps ! C’est le message porté par les organisateurs du Congrès international du sommeil, tenu à Marrakech du 9 au 11 juin courant. Consacrée à la problématique des accidents sur la voie publique et la sécurité routière ainsi qu’aux troubles du sommeil chez l’enfant, cette rencontre a réuni plus de 200 participants et plusieurs conférenciers et exposants qui se sont penchés, trois jours durant, sur des problématiques axées sur des thématiques majeures :

– Les accidents de la voie publique et la stratégie nationale de la sécurité routière en matière de réduction des accidents liés au sommeil, en partenariat avec la NARSA (Agence Nationale de Sécurité Routière) et l’ASMAMAP (Association marocaine des médecins agréés à certifier l’aptitude médicale au permis de conduire).

– Les conséquences des conditions extrêmes sur le sommeil : expérience d’un amiral de la flotte maritime.

– L’intelligence artificielle et sommeil : le traitement des troubles du sommeil, qui est le segment de la santé le plus digitalisé.

– Le sommeil et les troubles respiratoires et cardiovasculaires ainsi que métaboliques, en lien avec l’obésité.

– Les troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant, qui restent méconnus, et le parcours de santé qui est un véritable calvaire pour les parents de l’enfant.

Le congrès a été marqué par la naissance du projet-pilote pour la formation sur les TROS de l’enfant. Organisé par la Fédération Marocaine de Médecine du Sommeil et de la Vigilance (FMMSV) et l’Association Franco-Marocaine du Sommeil (AFMASOM), en partenariat avec la NARSA et l’ASMAMAP, le congrès a été l’occasion pour les organisateurs d’annoncer la création de l’Association Franco-Marocaine des Troubles Respiratoires Obstructifs du Sommeil de l’Enfant (AFMATROS).

« Nous avons tenu à dédier une Association aux troubles du sommeil chez l’enfant vu l’importance que nous accordons à cette maladie très rarement détectée et dont les symptômes peuvent être une hyperactivité de l’enfant ou une somnolence avec ce que cela implique comme conséquences sur ses études et sur son avenir. Lorsque la maladie est détectée à temps, l’enfant peut être soigné complètement», a déclaré le Dr Mohammed Ibrahimi, Président de la FMMSV. Plusieurs parents sont, en effet, confrontés parfois à des troubles du comportement de leurs enfants et ne font pas immédiatement le lien avec les pathologies du sommeil. À ce titre, les organisateurs ont annoncé un projet-pilote mené avec l’hôpital d’enfants à Rabat pour la formation aux TROS de l’enfant et dont les détails ont été présentés en séance plénière de ce congrès. «Nos Associations se donnent pour mission de sensibiliser, former et accompagner les professionnels de la santé, pneumologues, ORL, pédiatres, cardiologues, orthodontistes, endocrinologues, neurologues, généralistes, pédodontistes, ainsi que et les dépisteurs, notamment les enseignants, les éducateurs et les parents, pour sauver des vies», a déclaré le Dr Robert Clavel, vice-président de l’AFMASOM et Président de la nouvelle association AFMATROS.

Concernant l’adulte, la maladie est la même, mais les conséquences et le traitement sont différents. «Chez l’adulte, les troubles du sommeil ne sont pas considérés comme une pathologie alors que cela peut conduire à des accidents mortels, notamment parmi la population des conducteurs professionnels ou de transporteurs, par exemple. Nous nous sommes associés à ce congrès pour sensibiliser un maximum de personnes. Nous avons par ailleurs organisé ensemble avec la FMMSV, l’AFMASOM et l’ASMAMAP des caravanes de dépistage et des enquêtes à Casablanca et à Marrakech, dans les gares routières et les marchés de gros. Les personnes diagnostiquées seront prises en charge par la NARSA», a expliqué Benacer Boulaajoul, Directeur Général de NARSA.

Notons que les échantillons des deux caravanes ont porté, à chaque fois, sur une centaine de personnes dont 20% à 25% présentaient une grande probabilité de faire des apnées du sommeil. Ces personnes vont faire l’objet d’examens approfondis pour un diagnostic précis. D’autres actions similaires sont prévues dans les mois à venir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité