VACCIN

Au Maroc, pas de relation établie entre «AstraZeneca» et les cas de thromboemboliques

Aucune relation n’est établie entre l’utilisation du vaccin «AstraZeneca» et la survenance de troubles de coagulation et d’accidents thromboemboliques. C’est ce qu’affirme Rachida Soulaymani Bencheikh, Directrice du Centre Antipoison et de Pharmacovigilance au Maroc (CAPM). Que ce soit au niveau du Comité central de vaccination, du Comité technique de pharmacovigilance ou de la Commission nationale de pharmacovigilance, et vu les données dont on dispose, «aujourd’hui, la position du Maroc est qu’il n y a aucune relation qui peut être retenue entre l’utilisation du vaccin «AstraZeneca» et l’apparition d’accidents thromboemboliques», souligne la responsable dans un entretien accordé à «M24», la chaîne d’information en continu de l’agence MAP. «Au Maroc, nous avons eu quatre déclarations d’accidents thromboemboliques qui se sont manifestés environ une semaine à 10 jours après la prise du vaccin», a-t-elle fait savoir, précisant que ces accidents sont survenus chez des patients âgés qui ont d’autres facteurs de risque tels que le diabète, l’hypertension ou la sédentarité. «En population générale, l’incidence des accidents thromboemboliques est de 1,5 pour 1.000 personnes alors qu’au Maroc, sur 5 millions de personnes vaccinées, seuls 4 cas ont été déclarés, soit moins de 1 cas par 1 million d’habitants», a-t-elle rassuré.

Une réunion a été tenue mercredi dernier avec 16 experts, dont des neurologues, des cardiologues et des internistes, opérant dans différents centres hospitaliers, qui ont l’habitude de voir ce genre de cas, a expliqué Rachida Soulaymani Bencheikh, faisant savoir que «ces experts ont conclu que les quatre patients ayant développé des accidents thromboemboliques ont exactement le même profil que les patients qu’ils reçoivent régulièrement, indépendamment du vaccin». La spécialiste souligne aussi que «nous sommes en phase d’observation en vue d’une détection rapide des phénomènes indésirables».

Les déclarations et opérations de collecte des effets attendus et effets inattendus ont été notifiées. Parmi les effets attendus, il y a lieu de citer des manifestations découvertes lors des essais cliniques ou celles provoquées habituellement par l’injection de tout type de vaccin (fatigue, courbature, fièvre, rougeur, un peu de douleur…), explique la responsable. Et de préciser que «nous avons 1 à 2 cas d’allergie sévère sur 1 million de sujets vaccinés».

A.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité