Web
Analytics
TÉLÉCOMS

L’opérateur historique bétonne son business

La forte concurrence sur le marché domestique n’affecte pas Maroc Telecom, en dépit d’un léger tassement des revenus dans le segment du mobile. La data fixe et les filiales internationales restent les principaux leviers de croissance de l’opérateur historique, qui vient de communiquer sur ses résultats arrêtés au 3ème trimestre 2021.

Les prévisions du groupe Maroc Telecom font état d’une légère baisse du chiffre d’affaires, mais globalement, en raison de la non-récurrence du don au Fonds de lutte contre la pandémie, les revenus devraient se bonifier. À fin septembre 2021, le chiffre d’affaires du groupe s’établissait à 26,78 milliards de DH, en hausse de 2,6% et un résultat net part de groupe (RNPG) en baisse de 5%, à 4,3 milliards de DH. Le ralentissement de l’activité mobile est la cause de cette légère baisse. Le groupe a vu son chiffre d’affaires dans ce segment reculer de 9,2% comparativement à la même période en 2020, à 9,19 milliards de DH. Outre la forte concurrence, la baisse des tarifs des terminaisons d’appels, décidée à la fin de 2020 par l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT), est également derrière ce recul.

Des leviers de croissance

Du fait de la forte pénétration du mobile (puisque le taux actuel est de 130%), les possibilités de croissance sur ce segment demeurent limitées. Rappelons que sur ce segment, Maroc Telecom a connu, à fin septembre 2021, une baisse de 10,2% du revenu moyen par utilisateur, à 49,5 DH par mois contre 55,1 DH à la même période en 2020. Sur le marché domestique, Maroc Telecom a vu sa marge d’EBITDA (bénéfices avant impôts) baisser de 1,5%, à 55,5%.

Concernant le segment de la data fixe, le chiffre d’affaires a affiché à la fin de septembre dernier une croissance de 7,8%, à 2,78 milliards de DH, contrebalançant ainsi le ralentissement de l’activité mobile. Selon les analystes, l’opérateur historique, qui détient la quasi-totalité des parts de marché, verra ses parts se tasser un peu en raison de la concurrence. Le segment data fixe regroupe la télévision sur l’ADSL, l’internet et les services data aux entreprises.

À l’international, les filiales du groupe se sont bien comportées. À la fin de septembre 2021, le chiffre d’affaires était en progression de 2,3%, à 12,67 milliards de DH. Cette progression est due à la data mobile et au service Mobile Money, respectivement en hausse de 17,4% et 24,1%. Quant à la marge d’EBITDA, elle s’est bonifiée de près de 1% pour atteindre 43,9%.

En dépit du tassement des bénéfices de 4,8%, à 4,3 milliards de DH à la fin de septembre dernier, l’opérateur historique devrait voir ses bénéfices augmenter à la clôture de l’exercice 2021, en raison notamment de la non-récurrence de la contribution au Fonds de gestion de la pandémie. Selon les analystes de CFG Bank, le RNPG du groupe devrait s’établir à la fin de 2021 à 5,81 milliards de DH, en hausse de 7,2% par rapport 2020. Le dividende à distribuer aux actionnaires devrait progresser pour atteindre 6,6 DH en 2021, en hausse de 64,6% par rapport au dividende distribué en 2020. 

Prestigieuses distinctions internationales

Il y a un an, le groupe Maroc Telecom et son Président, Abdeslam Ahizoune, se sont vus distinguer lors des «G2T Global Awards Arab Best Awards» à Marrakech. Le patron de l’opérateur historique s’est vu remettre le trophée de «Meilleur Président Exécutif Arabe dans le secteur des télécommunications» et a figuré à la deuxième place dans les «100 meilleurs Présidents Exécutifs Arabes». Quant au groupe, il a décroché le titre de «Meilleur Opérateur Télécom Arabe».

A. A.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité