Web
Analytics
POLITIQUE

L’Algérie ne fait que poursuivre son agenda de soutien au séparatisme

A travers la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, «l’Algérie ne fait que poursuivre son agenda de soutien au séparatisme du Polisario», a indiqué l’analyste politique paraguayen Ignacio Martinez. «L’Algérie, principal soutien du front séparatiste du Polisario, n’a jamais cherché un dialogue sincère. Elle est restée otage de l’agenda de la guerre froide», a-t-il fait observer dans une récente déclaration à la MAP.C’est dans ce sillage, a enchaîné l’expert en affaires maghrébines, que l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, car tous les arguments supposés qu’elle utilise sont de «simples prétextes, dénués de toute logique, pour contester la légitimité de la souveraineté du Royaume sur ses provinces du sud».Selon l’éminent journaliste et écrivain paraguayen, l’Algérie cherche, avec cette décision, à entraver toute solution durable basée sur le dialogue au sein de la communauté internationale, dont le soutien est de plus en plus explicite à la pleine intégrité territoriale du Maroc. «Ce serait naïf d’appréhender la décision algérienne en dehors de cette réalité», a-t-il tranché.Pour Ignacio Martinez, l’Europe voisine, l’Espagne en particulier, ainsi que toute la communauté internationale «doivent comprendre que le Maroc est le partenaire fiable pour la sécurité, la paix et la lutte contre le terrorisme dans le Grand Maghreb». L’expert ajoute que «Ceux qui dirigent l’Algérie doivent valoriser la négociation et le dialogue. Ils doivent comprendre que la principale menace, c’est la chute du prix du pétrole et la crise économique que le régime fait subir au peuple algérien».L’analyste paraguayen fait observer qu’à la différence de l’Algérie, «le Maroc, dans ce différend artificiel, jouit du plein soutien de pays démocratiques, dont les États-Unis, qui ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara». L’Algérie, elle, «œuvre à l’encontre de la paix. Ses dirigeants doivent retrouver la raison, car cette rupture des relations diplomatiques avec le Maroc est un nouveau geste clairement voulu en faveur des protégés de l’Algérie, les séparatistes du Polisario, dans le cadre d’un effort vain d’attenter l’intégrité territoriale du Maroc», a conclu l’expert paraguayen, qui a publié fin 2020 un livre intitulé «Regard latino-américain sur le Sahara marocain».

(Source : MAP) 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité