Web
Analytics
2021-2025

Une feuille de route adoptée pour améliorer l’environnement des affaires

La politique nationale de l’environnement des affaires couvrant la période allant de 2021 à 2025 a été adoptée par le Comité National de l’Environnement des Affaires (CNEA) réuni mercredi dernier à Rabat sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Otmani. Cette politique comprend un total de 33 chantiers de réforme relatifs à la simplification des procédures administratives et l’amélioration du cadre juridique et réglementaire des affaires, les délais de paiement et de l’accès au financement, l’infrastructure et la commande publique. Il s’agit également de la qualification du capital humain, du renforcement des mécanismes d’accompagnement des entreprises et de l’intégration du secteur informel.

Saâd-Eddine El Otmani a souligné que cette politique vise à élaborer une vision stratégique intégrée qui entend réunir les conditions favorables aux investisseurs afin qu’ils puissent contribuer à la création des richesses au Maroc. Et d’expliquer que la politique repose sur trois piliers, en l’occurrence l’amélioration des conditions structurelles de l’environnement des affaires, la simplification d’accès des entreprises aux ressources nécessaires et le renforcement de la transparence, l’inclusion et la coopération entre les secteurs public et privé.

La mise en place de cette politique sera flexible, dans la mesure où son contenu sera mis à jour en cas de besoin, a-t-il soutenu, ajoutant qu’elle s’appuiera sur des mécanismes de gouvernance rassemblant des intervenants des secteurs public et privé, une feuille de route déterminée et un système d’évaluation des réalisations. En outre, il a salué l’approche participative ayant marqué l’ensemble des étapes de préparation de la politique nationale, allant du diagnostic des principaux obstacles au développement du secteur privé national jusqu’à la phase d’identification des chantiers de réforme et des priorités de la conjoncture actuelle, lesquelles portent sur la sortie de crise liée à la pandémie du «Covid-19».

De leur côté, le Président de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), le Wali de Bank Al-Maghrib, le Directeur Général du Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) et le Président de la Fédération des Chambres d’Industrie, de Commerce et des Services ont mis en exergue l’importance des grands chantiers de réformes lancés par le Royaume en matière d’amélioration de l’environnement ces dernières années des affaires, lesquels ayant influé positivement sur la performance des entreprises et l’attrait des investissements. Il ont également souligner la nécessité de se pencher sur les défis auxquels fait face le secteur privé en particulier, durant cette crise sanitaire, économique et sociale que traverse le Maroc, notamment à travers l’accompagnement des PME, l’accélération du rythme des réformes portant sur le financement, le capital humain, la commande publique et l’intégration de l’informel.

Les intervenants ont souligné  l’importance de veiller à la mise en place effective des différents chantiers et leur suivi permanent afin d’assurer la réalisation de l’impact escompté sur les citoyens et le tissu économique, appelant à renforcer davantage la coopération entre l’ensemble des parties prenantes relevant des secteurs public et privé pour soutenir la croissance de l’économie nationale.

Cette réunion a vu la présentation de nombreux chantiers structurants au Maroc, notamment un bilan relatif au Registre National Électronique des Sûretés Mobilières et son impact sur l’accès au financement, réalisé par le ministère de la Justice, ainsi que les résultats d’une étude conduite sous l’égide de la Trésorerie Générale du Royaume sur la dimension économique de la commande publique.

A. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité