Web
Analytics
CONJONCTURE

Abdellatif Jouahri explique en quoi l’inflation au Maroc est un phénomène importé

L’inflation au Maroc, prévue à 5,3% en 2022, demeure «importée», causée par des facteurs d’origine externe qui restent non-maîtrisables. C’est ce qu’a affirmé hier mardi à Rabat le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri. «Les pressions inflationnistes continuent d’être nourries principalement par des facteurs d’origine externe, comme le reflète l’accélération sensible de l’inflation des biens échangeables», a expliqué le haut responsable lors d’un point de presse tenu à l’issue de la deuxième réunion trimestrielle du Conseil de la Banque Centrale, notant que l’inflation des biens non échangeables, impactée essentiellement par des facteurs internes, continue d’évoluer à un niveau contenu.

Outre le renchérissement des carburants et lubrifiants, l’accélération de l’inflation a été portée par la nette hausse de l’inflation sous-jacente qui s’est établie à 5,5% au lieu de 4,4%. Cette dernière a été tirée par l’envolée des prix de sa composante échangeable, en particulier alimentaire, a souligné Abdellatif Jouahri, expliquant que les prix des produits alimentaires échangeables inclus dans l’inflation sous-jacente ont en effet augmenté de 11,6% après 8,5% au premier trimestre avec notamment un accroissement de 15,4% après 12,2% des prix des produits à base de céréales et de 20,4% contre 15% de ceux des huiles dans un contexte de poursuite de la flambée de leurs cours internationaux.

Le conflit Russie-Ukraine, le resserrement des politiques monétaires et la détérioration des perspectives économiques font aussi que le niveau de l’inflation au niveau international demeure relativement en hausse, a fait valoir le patron de Bank Al Maghrib. Dans ce sens, il a précisé qu’aux États-Unis, l’inflation atteindrait 7,8% en moyenne cette année et dans la zone euro elle s’accélérerait à 7,2% en 2022.

Au Maroc, tirés principalement par la flambée des prix des produits énergétiques et alimentaires ainsi que par l’accélération de l’inflation chez les principaux partenaires commerciaux, les prix à la consommation ont connu une hausse sensible au cours des quatre premiers mois de l’année avec une progression moyenne de 4,5% en glissement annuel. Cette tendance devrait se poursuivre à court terme, l’inflation devant atteindre, selon les projections de la Banque Centrale, le niveau de 5,3% pour l’ensemble de cette année avant de décélérer à 2% en 2023. La composante sous-jacente de l’inflation atteindrait 5,2% en 2022, puis reviendrait à 2,5% l’année prochaine.

C. A.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité