BUSINESS

Entre hausse des prix et baisse des transactions

Au
cours du troisième trimestre de cette année, les prix des actifs immobiliers,
toutes catégories confondues, se sont envolés par rapport à 2018. À en croire
Bank Al-Maghrib et l’Agence Nationale de la Conservation Foncière, du Cadastre
et de la Cartographie, cette période a aussi connu une baisse patente des
transactions.

Par
M. Belmaza

Dans
une note conjointe sur la tendance globale du marché immobilier au cours du
troisième trimestre 2019, Bank Al-Maghrib et l’Agence Nationale de la
Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie (ANCFCC) présentent un
bilan plus ou moins inquiétant. D’un côté, les deux institutions dévoilent une
hausse des prix constatée pour toutes les catégories d’actifs immobiliers. De
l’autre, elles révèlent une diminution du nombre des ventes et pour les biens
résidentiels, et pour les terrains et pour les biens à usage professionnel.
Selon les chiffres publiés dans le document, l’Indice des Prix des Actifs
Immobiliers (IPAI) a repris de la hauteur au troisième trimestre de 2019,
enregistrant une hausse de 0,9% en glissement annuel. «Cette évolution traduit
l’accroissement des prix de l’ensemble des catégories de biens, avec des taux
de 2,2% pour ceux à usage professionnel, 1,5% pour les terrains et de 0,4% pour
le résidentiel», précisent la Banque centrale et l’ANCFCC qui indiquent
également que les ventes se sont inscrites en baisse de 0,8% pour les biens
résidentiels, de 0,2% pour les terrains et de 2,5% pour les biens à usage
professionnel.

Le
résidentiel s’est apprécié

Par
catégorie d’actifs, il apparaît que les prix des actifs résidentiels se sont
appréciés, reflétant une augmentation de 0,8% pour les appartements et des
diminutions de 1,6% pour les maisons et de 2,4% pour les villas. «Le repli des
transactions résulte de la baisse des ventes de l’ensemble des catégories de
biens, avec des taux de 0,5% pour les appartements, de 2,7% pour les maisons et
de 10,8% pour les villas», fait savoir la note dans laquelle Bank Al-Maghrib et
l’ANCFCC, soutiennent, s’agissant des biens à usage professionnel, que
l’augmentation de leurs prix est tirée par la progression de ceux des bureaux
de 12%.

L’on
fait également ressortir de même source, que les prix des locaux commerciaux
ont diminué de 0,4%, alors que les transactions ont, pour leur part, enregistré
un repli de 2,5%, indiquant des reculs des ventes de 1,2% pour les locaux
commerciaux et de 11% pour les bureaux.

En
glissement trimestriel, la Banque centrale et l’ANCFCC mettent en relief que
l’indice des prix des actifs immobiliers a enregistré une hausse de 0,9% et que
cette évolution traduit l’accroissement des prix de l’ensemble des catégories
de biens, avec des taux de 0,9% pour le résidentiel, de 0,6% pour le foncier et
de 1,7% pour les biens à usage professionnel.

De
même, et après une baisse trimestrielle de 5,2%, elles ajoutent que le nombre
de transactions a augmenté de 6% au troisième trimestre 2019, reflétant des
hausses de 3,7% pour le résidentiel, de 18,6% pour les terrains et de 0,7% pour
les biens à usage professionnel.

Dans
le détail des principales villes, les données statistiques font état de prix
qui ont augmenté, en glissement trimestriel, à Rabat, Casablanca et Tanger de
0,7%, 0,6% et 0,9% respectivement, tandis qu’ils ont diminué à Marrakech
(-1,1%).

Notons,
par ailleurs, que les IPAI, élaborés conjointement par Bank Al-Maghrib et
l’ANCFCC, sont calculés selon la méthode des ventes répétées qui permet de
remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers. Cette méthode ne
prend en considération que les biens ayant fait l’objet d’au moins deux
transactions au cours de la période concernée.

admin Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
admin Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.

Comment here